La fin de la vie privée… (1984, George Orwell)

Je conseille à tous les jeunes et moins jeunes de lire ou relire 1984 de George Orwell. Cela devrait être obligatoire en secondaire car salutaire!

Tout le monde se souvient de « Big Brother is watching you », revenu dans l’actualité grâce à la tristement célèbre téléréalité. Mais ce livre est plus que cela, un essai voire une thèse sur la dictature: les moyens, les objectifs du pouvoir. Cela fait peur. Publié en 1949, 1984 est étonnamment visionnaire. Bien avant la technologie d’aujourd’hui qui rend possible l’horreur décrite dans le livre, George Orwell l’avait imaginée. C’est magistral et ça fait froid dans le dos, d’autant plus que la technologie continue d’avancer inexorablement, permettant du même coup une horreur absolue de dictature. Espérons seulement que les garde-fous de la démocratie soient suffisants. Malheureusement, les fous aussi évoluent et statistiquement sont de plus en plus nombreux!

Extrait choisi:

[… ] toutes les tyrannies du passé s’exerçaient sans entrain et étaient inefficientes. Les groupes dirigeants étaient toujours, dans une certaine mesure, contaminés par les idées libérales, et étaient heureux de lâcher partout la bride, de ne considérer que l’acte patent, de se désintéresser de ce que pensaient leurs sujets. L’Église catholique du Moyen Âge elle-même, se montrait tolérante, comparée aux standards modernes.

La raison en est, en partie, que, dans le passé, aucun gouvernement n’avait le pouvoir de maintenir ses citoyens sous une surveillance constante. L’invention de l’imprimerie, cependant, permit de diriger plus facilement l’opinion publique. Le film et la radio y aidèrent encore plus. Avec le développement de la télévision et le perfectionnement technique qui rendit possibles, sur le même instrument, la réception et la transmission simultanées, ce fut la fin de la vie privée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.